Populations de Mbacké / Sen Eau : Transparency international vilipende l’Institut Pasteur !

L’Institut Pasteur au cœur du différend qui oppose les populations de Mbacké à Sen’Eau ? C’est du moins ce qu’estime la section sénégalaise de Transpaency international. Elle estime que le Laboratoire chargé de faire une expertise sur la qualité de l’eau, n’a pas respecté les délais.

Le différend entre les populations de Mbacké et la société Sen’Eau est loin de connaître son épilogue. Ces dernières qui réclamaient une eau de qualité avaient, à travers le collectif dénommé : « And Sopi Ndoxum Mbacké » exigé des analyses.  Ainsi, aux fins de déterminer si l’eau distribuée aux populations de la Commune de Mbacké par la SEN’EAU répondait aux normes de potabilité bactériologique et physico-chimiques édictées, le Tribunal de Grande Instance de Diourbel avait désigné le Laboratoire de CHIMIE EAU de l’institut Pasteur. « Le Tribunal leur avait imparti un délai de 2 mois, à partir de la notification de la mission pour le dépôt du rapport », rappelle le communiqué parvenu à la rédaction de L’Asnews.

Mais depuis cette date, rien n’a changé à Mbacké. « Depuis la saisine du Laboratoire, les populations de la commune de Mbacké attendent impatiemment l’expertise de l’Institut Pasteur, ordonnée par le Tribunal de Grande Instance de Diourbel. Cette situation nourrit beaucoup d’inquiétude et de suspicions », déplore la section sénégalaise de Transpaency international.

Sur son site, renseigne la section sénégalaise de Transpaency international, l’Institut Pasteur affiche clairement ses services. « Nous vous accompagnons pour vos contrôles de potabilité ou pour déterminer les caractéristiques de vos eaux au quotidien avec une offre adaptée selon le type d’eau : eaux de process, Eaux Chaudes Sanitaires (ECS), eaux des Tours Aéro-Réfrigérantes, Eaux brutes (forage et puits), Eaux de consommation (réseaux et eaux embouteillées), Eaux de dialyse, Eaux de baignade (piscine, mer), Eaux résiduaires, Eaux usées », peut-on lire.

Face à l’immobilisme sur le terrain, la section sénégalaise de Transparency International estime que l’Institut Pasteur est « complice de la Sen Eau pour maintenir les populations de Mbacké en eaux troubles ».

Ainsi, le collectif, les populations de Mbacké, le Forum Civil et la section sénégalaise de Transparency International exhortent l’Institut Pasteur à « édifier les populations en respectant scrupuleusement l’ordonnance du Tribunal de Grande Instance de Diourbel ». Ils demandent au Collectif And Sopi Ndoxum Mbacké « de continuer le combat » pour recouvrer leur dignité humaine et faire respecter les droits des habitants.

Ils Invitent par ailleurs la SENEAU à « respecter enfin ses obligations de fournir de l’eau, en qualité et en quantité », aux populations de Mbacké pour que celles-ci puissent aussi respecter à leur tour leurs obligations.

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *