movies at red rock casino las vegas nv los tigres del norte graton resort & casino september 23 circus circus hotel and casino las vegas map paris hotel and casino phone number las vegas steakhouse not in a casino raging bull casino no deposit free spins where is spirit mountain casino in oregon hotel casino las vegas strip in paradise online casino free spins ohne einzahlung 2017 casino du palais de la méditerranée poker wandmalereien aus dem 16 jahrhundert in casino who owns the winstar casino in oklahoma tonkawa hotel and casino phone number beau rivage resort and casino las vegas the linq hotel & casino on the strip royal ace casino new player bonus bally's las vegas hotel & casino las vegas best casino game to play gta 5 jena choctaw pines casino buffet menu where is seven feathers casino located bandar judi igkbet casino deposit 50 ribu list of indian casinos in california do casinos pay out in checks hollywood casino columbus hours of operation take me to thunder valley casino how old to go in casino bonus codes for royal ace casino hard rock hotel and casino atlantic city phone number plaza hotel resort casino las vegas nv aladdins gold casino no deposit codes how do you win the powerball jackpot indicador zona ganadora descargar gratis estado unidos opciones binarias

Litige foncier Ndingler : Le collectif pour la défense des intérêts de Djilakh en désaccord avec Babacar Ngom !

Par Yacine DIEYE

En conférence de presse ce vendredi, le collectif pour la défense des intérêts de Djilakha été interpellé sur le soutien d’une partie de la population de Djilakh au directeur général de la Sedima. Prenant la parole, Mamadou Diouf, membre du collectif a été formel. «C’est archi faux, personne n’est d’accord avec le projet de Babacar Ngom. C’est de la pure manipulation», martèle-t-il.

Poursuivant, Mamadou Diouf soutient que le leader de l’agrobusiness sénégalais a obtenu un titre foncier sur le dos des populations de Djilakh.«Babacar Ngom est venu à Djilakh en 2012 avec un projet qui consistait à délocaliser l’usine de la Sedima dans notre localité. Il avait besoin d’une assiette foncière de 500 hectares. Après concertation avec l’équipe municipale de l’époque, il a finalement obtenu 300 hectares, malgré le refus de la population. Après l’octroi des terres, il est resté des années sans rien faire. On pensait qu’il avait abandonné le projet, mais à notre grande surprise il est revenu avec un titre foncier», dénonce ce membre du collectif.

A l’en croire, en plus des paysans, le projet impacte négativement les éleveurs qui n’ont plus de zone de pâturage.  «A l’époque, il y avait plus d’une quarantaine de paysans qui exploitaient les terres. En plus de cela, une partie de l’assiette a été réservée aux éleveurs pour nourrir leurs troupeaux comme cela se fait en zone rurale. Aujourd’hui, beaucoup de gens pensent que seuls les paysans sont impactés par le projet, mais les éleveurs aussi en souffrent. Parce que le site était aussi une zone de pâturage. Les 300 hectares étaient très utiles pour la population, mais malheureusement un grand prédateur foncier les a dépossédés de leurs terres», déplore-t-il.

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *