high winds casino in miami oklahoma free parking in las vegas casinos mardi gras hotel casino las vegas tripadvisor map of all casinos in oklahoma isle of capri casino bossier city videos del casino del diablo en hermosillo casino next to harrah's las vegas tous les casinos de jeux en france suncoast hotel and casino alta drive las vegas nv top 10 largest casinos in las vegas closest casino to wichita falls texas stratosphere las vegas hotel casino las vegas nv united states academia de salsa casino en caracas el paraiso where are the casinos in arkansas harrah's poker room phone number sky city casino hotel new mexico can casinos kick you out for counting cards seminole hard rock casino tampa login casino tower at circus circus las vegas jules cuanto vale una cerveza en un casino the d casino hotel las vegas hotels.com the mariot hotel and casino las vegas mardi gras hotel casino las vegas resort fee poker night at the inventory not on steam what's happening at cash casino in lieu for thanksgiving green valley ranch casino las vegas nevada how to be a dealer for blackjack how to get into the casino in gta 5 how do you make a pudding poke cake titanic the artifact exhibition at the luxor hotel and casino blackjack truck accessories lee's summit how many decks are used in blackjack at a casino

Kenya: Le président Kenyatta au cœur d’un projet jugé illégal !

C’est un spectaculaire coup d’arrêt à la réforme constitutionnelle voulue par le président kényan Uhuru Kenyatta qui a été donné hier par la justice. Ce projet baptisé « BBI » (Building Bridges Initiative) devait être adopté par référendum avant l’élection présidentielle de 2022. Mais  selon RFI, un panel de cinq juges a notamment estimé que le processus lancé en 2018 par le chef de l’État pour aboutir à cette réforme était tout simplement illégal.

Les juges de la Haute Cour de Nairobi sont apparus unanimes à la télévision, jeudi soir. Pendant plus de quatre heures, ils ont lu leur arrêt, très technique et très détaillé, sur le projet de loi BBI. Et leur verdict est clair : ce projet de réforme des institutions nationales est illégal, inconstitutionnel, et donc nul et non avenu.

Ce projet, voulu par le président Kenyatta et lancé en 2018, prévoit la création d’un poste de Premier ministre nommé par le président, de deux Premiers ministres adjoints, et d’un chef officiel de l’opposition : le candidat ayant fini deuxième de l’élection présidentielle. Or les juges estiment que le groupe de travail à l’origine de ce projet est une entité « illégale, inconnue de la loi ». Du reste le président, selon eux, n’a pas la possibilité légale de modifier la Constitution, même en passant par un référendum. Ce pouvoir constituant n’appartient qu’au peuple kényan, et non au chef de l’État, disent-ils.

 « Le président ne peut pas être à la fois initiateur et arbitre de l’amendement de la Constitution », précisent-ils, disant aussi que la BBI était truffée de conflit d’intérêts. Ils concluent que le processus est donc nul ab initio, c’est-à-dire sans valeur depuis le début, et que ses décisions n’ont aucune conséquence juridique. Il faut noter toutefois que le procureur général du Kenya a annoncé son intention de faire appel de ce jugement.

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *