Jeux de cartes: Peines exemplaires…(Par Miim Reew)

La main des autorités universitaires n’a pas tremblé au moment de réprimer les étudiants qui ont semé le désordre et surtout une vive désolation à l’Ucad. C’étaient les lundi 8 et mardi 9 février 2021 à la Faculté des Sciences et Techniques (Fst). Les sanctions sont donc tombées : trois réprimandes, quatre interdictions d’inscription pour une durée d’un an, deux interdictions d’inscription pour une durée de deux ans, une interdiction d’inscription pour une durée de cinq ans. Des sanctions exemplaires et sévères à la mesure des bêtises commises par ces étudiants qui ont usé de l’argument de la force pour solder des comptes.

Que de peines ! L’université est malheureusement habituée à ces joutes physiques parfois d’une rare violence. On y note souvent des dégâts incommensurables qui participent à la rendre hideuse. Ce qui est désolant pour un “temple du savoir” qui a pour objectif principal la formation des élites. C’est écœurant si on assiste de plus en plus à une décrépitude des valeurs qui font son essence. C’est en ce sens que ces mesures disciplinaires viennent à point nommé.

Toutefois, à y regarder de près, les étudiants condamnés sont victimes d’un contexte marqué par un sale discours “divisionniste” et les commentaires qui lui sont inhérents. Ils sont donc moins chanceux que leurs camarades fauteurs de troubles qui dictent quasi quotidiennement une loi de la terreur à l’université et ses environs immédiats. Tant pis pour eux ! Vivement d’autres corrections contre des malpolis !

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *