Déclaration d’Alex Saab ambassadeur du Venezuela auprès du peuple de l’Union africaine

Cette journée est symbolique. En ce jour de célébration, c’est le cœur de tous les combattants de la liberté que nous entendons battre à l’unisson. Le 25 mai 2021, nous célébrons la libération d’un continent et de peuples opprimés par l’impérialisme et l’insatiable soif de conquête de l’Occident. Cette quête féroce de domination impérialiste a conduit à l’asservissement de l’Afrique pendant des siècles. La colonisation a tenté de détruire les civilisations, les cultures et les traditions africaines, a nié son histoire et l’humanité, a pillé ses richesses et ses ressources. Mais aujourd’hui nous célébrons la résistance contre cette oppression, nous admirons la résilience d’un peuple et d’un continent.

Ce jour de libération m’est cher. Il est significatif à bien des égards. En tant qu’Ambassadeur du Venezuela auprès de l’Union africaine, je partage pleinement cette “vision commune d’une Afrique unie et forte” et j’y adhère pleinement “nobles idéaux qui ont guidé les pères fondateurs de notre Organisation continentale et des générations de panafricanistes dans leur détermination à promouvoir l’unité, la solidarité, la cohésion et la coopération entre les peuples d’Afrique et les États africains”. La République bolivarienne du Venezuela entend consolider ses relations amicales avec les nations africaines dans le plein respect de ces valeurs. Mais ce jour de libération m’est aussi cher comme combattant de la liberté contre la domination impérialiste qui continue sous diverses formes à opprimer d’autres cultures. J’ai à l’esprit les opprimés, j’ai à l’esprit les persécutés, j’ai à l’esprit les malheureux enchaînés par le pouvoir néocolonial qui continue, sous d’autres formes, à asservir.

Mes salutations pour la libération sont sincères. Ils sont exprimés par un homme qui connaît l’oppression, l’injustice et l’arbitraire, qui leur est soumis depuis près d’un an dans une prison, détenue au Cap-Vert, arbitrairement, par ordre du pouvoir néocolonial intransigeant des États-Unis. Et ce jour me donne la force de me lever et d’exprimer mon espoir dans l’idée de la justice, et de faire appel aux nations africaines et à l’Union africaine pour que cessent l’injustice et l’arbitraire.

En ce jour de célébration, j’oserai paraphraser le grand Léopold Sédar Senghor, en vous rappelant que “vous êtes les témoins de l’Afrique immortelle, vous êtes les témoins du nouveau monde qui sera demain” et j’oserai conclure avec Simon Bolivar, qui me permet de me rappeler chaque jour que mon combat n’est pas vain, parce que « la liberté est le seul but qui vaut la peine de sacrifier la vie des hommes ».

Ces paroles sont celles d’un ami des opprimés, d’un ami de l’Afrique, d’un ambassadeur de l’Union africaine arbitrairement détenu par le Cap-Vert sur les ordres de l’administration Trump depuis près d’un an. Ces paroles sont là pour vous rappeler que la liberté doit être conquise chaque jour et n’est jamais acquise. Je le sais d’autant plus que j’en suis privé.

Ambassadeur Alex Saab

Représentant permanent adjoint auprès de l’Union africaine

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *