Alliance Barth-Sonko : La jonction qui inquiète le pouvoir

La proximité affichée par Barthélémy Dias et Ousmane Sonko fait visiblement peur au camp de la majorité présidentielle. En plus de la nervosité palpable qu’il montre, le pouvoir pose des actes douteux.

Ousmane Sonko et Barthélémy Dias se sont encore retrouvés, le week-end, à Bignona pour commémorer la disparition des jeunes tués lors des émeutes liés à l’affaire de “viol et menaces de mort”, présumée portée contre le leader de Pastef/Les patriotes. Visiblement, les deux jeunes loups aux dents longues qui semblent avoir les atomes crochus inquiètent visiblement le pouvoir. Invité de Grand Jury , Pape Mahawa Diouf n’a pas tergiversé quand les noms de ces jeunes politiques ont été évoqués. Le coordonnateur de la cellule de communication de Bby lance un appel en guise d’avertissement. “Le pouvoir, on le conquiert par les idées, par les urnes au sens démocratique du terme et non avec une doctrine putschiste incarnée par Sonko et Barthélémy Dias. Cela ne fonctionnera pas. La démocratie c’est le combat des idées”, prévient la voix très autorisée au sein de la majorité présidentielle.

Le responsable au sein de l’Alliance pour la République (Apr) est convaincu de la faute de Ousmane Sonko et compagnie sur les émeutes qui ont entrainé la mort d’une dizaine de jeunes sénégalais. Estimant qu'”ils sont

morts pour une telle légèreté et pour un tel manquement de respect à nos institutions”, Papa Mahawa Diouf, exige que notre démocratie soit interrogée dans le fond parce que ces comportements ayant entraîné ces événements malheureux sont ” un avertissement sans frais pour nous tous”. Il regrette que les responsables de la mort de 13 jeunes sénégalais soient toujours en train d’humer l’ai de la liberté. Il invité à un retour “à l’orthodoxie politique” consistant à une proposition du pouvoir et une contre-proposition de l’opposition. “Mais fonder un dialogue politique sur la bravade, sur la menace des institutions et du pouvoir ne marchera pas”, a insisté le camarade du président Macky Sall. Toutefois, il risque de ne pas convaincre l’opposition0 en général et ces deux jeunes politiciens qui n’entendent céder pour rien au monde. Les deux hommes s’apprécient mutuellement.

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *