how much is the powerball jackpot for saturday how many poker chips for 4 players what is red dog casino game what hotel is connected to the jack casino how much is an ace worth in blackjack in the poker game of life rounders wind river hotel and casino riverton wyoming list of casinos in south dakota hard rock casino tampa blackjack minimums best time to play online poker tinley park il hollywood casino amphitheatre chicago il are there any casinos in houston texas best las vegas casino on a budget double down casino promo codes forum closest casino to fort worth texas juegos de máquinas tragamonedas garage casino gratis international lounge westgate las vegas resort & casino what casinos to visit in las vegas hollywood casino pa horse racing schedule where is rio all suite hotel & casino what is a king queen and jack worth in blackjack casino in st john virgin islands all indian casinos in washington state the way slot machines reward gamblers closest casino to fort wayne indiana south point casino movie theater times harlow's casino greenville ms phone number hard rock casino kansas city ks map of all casinos in minnesota does hard rock orlando have a casino gold strike hotel and casino jean nevada la mentiras de las maquinas tragamonedas de los casinos

Accord de pêche entre le Sénégal et l’UE: Le Ministère des Pêches rétablit la vérité !

Les informations relayées par la Confédération espagnole de la Pêche (CEPESCA) dans le site « agrodiariohuelva.es », accusant le Sénégal de « véto indu » ne sont pas fondées. C’est du moins ce qu’a fait savoir le Ministère des Pêches et de l’économie maritime, suite à cette publication, largement reprise au niveau national. Dans un communiqué, le département dirigé par Alioune Ndoye tente d’apporter des éclairages.

« Accord de pêche avec l’UE : l’Espagne accuse le Sénégal de veto indu » ! Voilà le titre du site « agrodiariohuelva.es », par qui tout est parti. A travers cet article, l’organisation patronale espagnole dénonce l’interdiction de la pêche à l’appât vivant dans la baie de Hann. D’une manière plus explicite,  la flotte espagnole dénonce le fait que de nombreux bateaux chinois mouillent dans la même zone, en contradiction flagrante, selon eux, avec les arguments des autorités sénégalaises. Des allégations jugées à la limite légères par les autorités sénégalaises.  « Le Ministère des Pêches et de l’Economie maritime tient à préciser que les allégations contenues dans ces publications sont infondées et il est de son devoir de rétablir la vérité des faits, en apportant les éclairages et précisions nécessaires à l’endroit des acteurs du secteur ainsi que de l’opinion publique nationale et internationale », rapporte le communiqué parvenu à la rédaction de « L’As ».

ASSEOIR UNE COOPÉRATION MUTUELLE FRUCTUEUSE 

A en croire les services du ministre Alioune Ndoye, l’Accord de Partenariat dans le domaine de la Pêche durable (APPD) entre le Sénégal et l’Union Européenne découle de la volonté des deux parties d’asseoir une coopération mutuellement fructueuse et soucieuse de la gestion durable des ressources, pour le développement du secteur des pêches du Sénégal. « Dans ce cadre, les navires bénéficiaires d’une licence de pêche du thon à la canne sont autorisés à pêcher l’appât vivant dans l’ensemble des eaux sous juridiction sénégalaise, à l’exception d’une zone définie à l’article 51 du décret d’application de la loi n° 2015-18 du 13 juillet 2015 portant Code de la Pêche maritime. Cette interdiction d’ordre légal et réglementaire a été introduite dans le nouveau code suite aux recommandations des institutions de recherche sur la nécessité de protéger cette  zone située entre les points de coordonnées suivant : Point 1 : L = 14° 40’08” N et G = 17° 25’02” W ; Point 2 : L = 14° 44’18” N et G = 17° 21’00” W », détaille le texte.

Peuplé d’une très grande population de juvéniles de petits pélagiques, en particulier de sardinelles, cette  zone, estime le ministère, constitue un site de frayère et de nurserie. Le ministère des Pêches rappelle par ailleurs que le Centre de Recherches Océanographiques de Dakar Thiaroye (CRODT) a conduit une étude  des  sites de reproduction et/ou de croissance  des espèces, le long de la zone côtière du Sénégal,  « suivant des indicateurs (distribution des tailles, maturité sexuelle, distribution et abondance des œufs et des larves des poissons et relation des espèces-cibles avec leur environnement) et basée sur la perception des acteurs, par rapport aux zones de nurserie, de frayère et l’importance de la pêche des petits pélagiques ».  

LE RESPECT DES LOIS ET RÈGLEMENTS DU SÉNÉGAL

Ces travaux de recherche ont permis l’identification et la caractérisation de certains sites comme Port – baie de Hann, Mbodiène – Ngazobil,  Kafountine – Abéné, Diakhanor – Sangomar,  Yenne – Bargny, Soumbédioune – Ouakam, Cap de Naze ou encore Kher Mag de Lompoul. Et ces sites ont presque tous un dénominateur commun.

« Tout compte fait, huit principaux sites ont été identifiés comme sites de reproduction et/ou de croissance dont le site Port – Baie de Hann, avec une forte diversité et une abondance exceptionnelle en juvéniles de petits pélagiques. Aussi, cette pêche des juvéniles dans ce site n’est nullement compatible avec une politique de gestion durable des pêches. Par contre, les sept (7) autres sites critiques pourraient servir de zones alternatives de pêche de l’appât vivant sur le long de la côte sénégalaise car, contrairement au site de Port – Baie de Hann (qui fait maintenant partie de l’Aire marine protégée de Gorée), ces sites alternatifs sont des zones ouvertes où les juvéniles ne peuvent se concentrer à cause des courants marins qui les dispersent », renseigne le ministère des Pêches.

Ainsi, sur les huit  sites identifiés, avance le Ministère, les quatre sont considérés comme propices à la pêche à l’appât vivant. Il s’agit de Port – baie de Hann, Diakhanor – Sangomar, Yenne – Bargny et Mbodiène – Ngazobil. « L’interdiction de la baie de Hann ne constitue donc pas un frein à la pêche à l’appât vivant », précise-t-on.

Revenant à l’Accord de Partenariat dans le domaine de la Pêche durable (APPD), le Ministère des Pêches renseigne que la Partie Européenne s’est engagée à  respecter les lois et règlements du Sénégal et de nouvelles zones lui ont été notifiées, où ses navires pourraient librement pêcher l’appât et mener leurs activités.  En effet, il soutient que l’application de la réglementation sénégalaise ne viole aucunement l’APPD auquel le Sénégal reste attaché. « Il n’en est rien et il  convient de noter que l’Etat du Sénégal a mis en place une organisation moderne pour prendre en charge, à travers le Ministère des Pêches et de l’Economie maritime, la surveillance de ses eaux et de toute la filière pêche. D’ailleurs, il faut préciser qu’aucun bateau chinois ne pêche dans les eaux sous juridiction sénégalaise, le Sénégal n’étant lié par aucun accord de pêche avec la République populaire de Chine », rappelle le Ministère des Pêches, tout en réaffirme son engagement à œuvrer pour la « préservation et la gestion durable de cette ressource nationale, conformément aux orientations stratégiques contenues dans la Lettre Politique sectorielle de Développement de la Pêche et de l’Aquaculture (LPSDPA) et dans le strict respect des lois et règlements du Sénégal ».

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *