Lasnews

Actualités du Sénégal et international en continu

Elections locales : Le deal autour des certificats de résidence

Spread the love

Cela peut paraitre très anodin. En temps normal, il suffit de se rendre chez n’importe quel chef de quartier, de demander un certificat de domicile moyennant 200 F Cfa ou moins, pour ensuite disposer facilement du certificat de résidence au niveau de la mairie où le contrôle est presque inexistant.

Mais en période d’élections, surtout territoriales, la donne change de façon radicale. Le banal document devenant très précieux. Pour beaucoup de maires, c’est la clé du succès. Moyen de transfert massif d’électeurs, le certificat de résident peut aussi être utilisé pour empêcher les probables adversaires de s’inscrire sur les listes électorales.

Commune de Dakar-Plateau. La guerre fait rage. Déjà, certains partis de l’opposition accusent, à tort ou à raison, le maire Alioune Ndoye d’instrumentaliser ces titres pour empêcher certains électeurs d’en disposer en vue de leur inscription sur les listes électorales. Saisi, le gouverneur de la région de Dakar, dans une note circulaire en date du 3 août, avait enjoint les autorités qui s’adonneraient à de telles pratiques, d’y mettre un terme, car “contraire aux principes qui fondent l’action publique”. Laquelle se doit être “générale et impersonnelle”.

Interpellé, Déthié Faye renvoie aux articles L40 et L36 du Code électoral, qui fixent respectivement les conditions requises pour avoir droit au sésame et pour s’inscrire sur les listes électorales d’une commune. Les choses sont claires, aux yeux de la loi. Ce sont les maires qui, de façon discriminatoire, en usent et abusent, pour s’adonner à des transferts d’électeurs qui leur sont favorables, bloquer les autres qui ne leur sont pas favorables. Il faut que ça cesse”.

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *