Lasnews

Actualités du Sénégal et international en continu

Décès de Abdoulaye Elimane Dia ”Kalaajo”: Le Fouta perd son grand mécène !

Spread the love

Le Sénégal est en deuil avec le décès ce jeudi à l’hôpital Aristide le Dantec de Dakar du maire de Démette, Abdoulaye Elimane Dia. Digne fils du Fouta, celui qui était affectueusement appelé « Kalaajo » a marqué cette partie du pays, à travers ses multiples actions. Avec le départ prématuré de cet acteur de développement, c’est tout une communauté qui pleure son mécène.

La nouvelle a fait l’effet d’une bombe dans les contrées les plus reculées du Fouta. Abdoulaye Elimane Dia n’est plus. Le maire de Démette et non moins capitaine d’industrie, a perdu son dernier combat contre le coronavirus. Dans le Fouta, la tristesse est immense. Malgré une courte vie (49 ans), « Kalaajo » a laissé ses empreintes dans le pays, plus particulièrement dans le Fouta.  Né en 1972, il a connu un parcours  scolaire honorable. C’est à Matam qu’il commence l’école primaire, avant de décrocher son BFEM en 1990. Il prendra la direction de Tambacounda où il va obtenir son BAC au lycée Mame Cheikh Mbaye. Nous sommes en 1993. Un diplôme qui lui ouvre les portes de l’Université Cheikh Anta Diop. Orienté à la Faculté de Droit, Abdoulaye Elimane Dia est sorti avec une maîtrise en droit des Affaires. Il était également titulaire d’un PHD en Gestion de Portefeuille, d’un MBA en Qualité et d’un MBA en Finances. Son parcours professionnel, d’une richesse inspirante, commença ainsi depuis ses premières années à l’Université.

Très tôt poussé vers l’entrepreneuriat !

Malgré son jeune âge, il savait déjà ce qu’il voulait faire. « Juste après la maîtrise, je n’ai pas cherché autre chose. J’ai créé une entreprise. C’était en fait un GIE. Je taquinais les affaires et je faisais n’importe quel boulot pour satisfaire mes besoins. Étant issu d’une famille modeste, il fallait se prendre en charge. A partir de la deuxième année à l’université, je taquinais déjà les affaires », disait-il, dans un entretien accordé au Financial Afrik.  Cette envie d’entreprendre ne va jamais le quitter. Il se lance à fond dans les affaires et multiplie ses activités. Il s’est illustré dans plusieurs domaines d’activités dont l’agro-business, l’immobilier ou encore la grande distribution, avec sa chaîne de supermarchés, dénommée “Elidia”. Soucieux du développement de son terroir, il lance le Cadre  de  concertation pour le développement  de l’île à Morphil (CCDIAM). A travers cet outil, il avait comme objectif de prendre en charge des préoccupations des habitants de cette partie du Sénégal, à travers un état d’esprit  nouveau, mais aussi une vision du développement durable. Entrepreneur prospère, Abdoulaye Elimane Dia, à travers sa Holding Fortunes Capital, jette les bases d’une révolution. Il guide les femmes avec des financements et organise les jeunes, à travers des formations.

Véritable acteur de développement !

Dans le Fouta, Abdoulaye Elimane Dia avait fini de se faire un nom. Maire de Démette (département de Podor), celui que le roi du « Yela » El Hadj Baba Maal avait surnommé « Kalaajo », a rendu d’énormes à sa communauté. Tourné vers l’agriculture, il fait aménager des centaines d’hectares et distribue des subventions aux GIE de cette partie du nord du pays. Il s’activait beaucoup pour sa localité, à travers des œuvres sociales. A Démette où il est maire depuis 2014, il lance des mutuelles d’épargne et de crédit pour appuyer les femmes. Dans le domaine de la santé, le dispensaire et la maternité de Démette  sont rénovés.  Très engagé dans les questions de développement, le responsable politique de l’Alliance pour la République (APR) était également à la tête d’un mouvement dénommé Alliance pour le développement et l’émergence de Podor (ADEP). « Kalaajo » incarnait un leadership, mais il était surtout un exemple pour la jeunesse qui le portait dans son cœur. C’est donc un grand mécène que le Fouta vient de perdre. 

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *