Vente illicite de faux médicaments : Des pharmaciens expriment leur amertume devant les conseillers du Cese

Par Serigne Fallou Gomis

La plaie du secteur de la santé, la vente illicite de faux médicaments, a été hier le sujet de discussion au 7éme jour de la 2émé Session Ordinaire du Conseil Economique, Social et Environnemental (CESE). Le sous-thème a été «  Accès équitable aux médicaments et lutte contre les médicaments »…

« Avec une subvention annuelle de l’Etat à hauteur de 300 à 400 millions francs CFA, la prolifération de faux médicaments pose un réel problème de santé publique. Les médicaments prohibés sont les plus dangereux pour la santé que la drogue. », C’est du moins l’avis du professeur Yérim Mbagnick Diop, Directeur de la pharmacie et du médicament, autorité nationale de réglementation pharmaceutique sécurisé. « Malheureusement, les peines sont moins sévères que celle de la drogue. Les trafiquants de médicaments sont souvent condamnés à des peines de 2 mois de prison. C’est pourquoi, à leur sortie, ils retournent continuer leurs actions. Toutefois, faut reconnaitre des actions juridiques sont en train d’être mener pour corser les sanctions. » Renseigne Le Temoin.

Pour sa part, le Dr Mbaye Aw, président du Comité national de lutte contre les faux médicaments et l’exercice illégal de la pharmacie, a soutenu que 10% des médicaments qui circulent dans le monde sont faux. Dit-il avant de poursuivre en disant qu’au Sénégal, les sites de ventes  de ces faux médicaments sont entre autres les gares routières et les marchés.

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *