Parcours d’un vrai héro : l’Afrique se souvient encore de Thomas Sankara

Par Serigne Fallou GOMIS

A l’occasion du 33 éme anniversaire du natif de Yako en haute-volta les africains se souviennent encore de lui. Ce dernier a traversé une rebuffade contre le colonialisme. Il a  tenté de son vivant de restaurer ce qu’on pourrait  appeler la dignité de l’homme noir en brisant les chaines du colonialisme son nom inscrit dans le tableau des grands dirigeants africains.

  Son aura ne s’est pas liquéfier sous le chaud soleil d’Afrique mieux son nom reste incruster dans le panthéon des grands hommes qui de leurs vivants ont œuvrés pour l’anoblissement de l’Afrique. Cet homme anticolonialiste est panafricaniste jusqu’au bout des doigts est né le 21 Décembre 1949 à Yako au nord de l’ex haute-volta. A la faveur d’un coup d’état perpétré en Janvier 1983 il est nommé premier ministre le jeune officier mis aux arrêts en Mai, rebondit en Aout en faveur d’un coup d’état perpétré  par son ami Blaise Compaoré. Sankara de par ses idéo révolutionnaires s’active à déconstruire et à rompre les chaines de l’avilissement de l’homme noir instaurer par le colonialisme.

L’enfant de Yako impulse une nouvelle dynamique parmi ses priorité assainir les finances publiques, amélioré la situation sanitaire avec de grandes campagnes de vaccination. Avec l’adhésion de la population le président à la poigne de fer commence à se faire des jaloux et des appréhensions aux prés de certains chefs d’Etats Africains inféodé à la France. « L’homme intègre » comme on l’appel est assassiné le 15 Octobre 1987 lors d’un putsch attribuer à son ami Blaise Compaoré.

Il est mort avec le sentiment d’être incompris.

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *