Ousmane Sonko sur l’affaire Terme sud : « L’intrusion de l’armée est un abus »

Par Cheikh Tidiane NDIAYE

Le leader du Pastef, Ousmane Sonko déplore et condamne l’expulsion des 79 familles de Terme Sud. En conférence de presse ce lundi, l’opposant a tenu à apporter des précisions sur le foncier au Sénégal. Selon lui, les autorités veulent faire croire aux Sénégalais qu’il s’agit d’une question de logement de fonctionnaires et qu’il y avait un besoin d’où l’expulsion. Or, selon le chef de file de Pastef, ce n’est pas la réalité.

« J’ai été fonctionnaire donc je sais comment ça fonctionne. On donne des logements de fonction ou logements de service. L’administration peut les récupérer à tout moment et selon ses besoins. Le logement de fonction n’est pas un droit. Ce n’est pas l’objet du débat. Seulement, si les autorités veulent faire valoir une décision, elles préparent à l’avance un argumentaire avec des experts qui vont envahir les plateaux de télévision. Sur cette affaire, ce n’est pas l’Etat qui avait donné des logements et veut les récupérer », avance Ousmane Sonko.

« Aucune condition n’a été respectée par l’Etat du Sénégal »

En ce qui concerne l’expulsion de 79 familles à Terme Sud, le candidat à la dernière présidentielle est revenu sur les conditions d’acquisition ou de vente de terrains au Sénégal. A l’en croire,  il existe deux types de parcelle qui peuvent appartenir à l’Etat. Il fait, ainsi, savoir que ces terres peuvent être des terrains nus ou des espaces qui abritent des constructions. Une grande importance est accordée alors à la deuxième condition. 

« Selon la loi, pour que l’Etat puisse vendre ses terres, des conditions doivent être réunies. Le première est qu’elle doit être portée à l’Assemblée nationale et que c’est à l’institution d’autoriser l’Etat pour pouvoir mettre en vente les parcelles. Voilà, une première violation de la loi.  Deuxièmement, il faut faire une annonce. Car, tout Sénégalais peut avoir les moyens d’acheter une parcelle. Chose que l’Etat ne fait pas. Et la troisième, c’est le gouverneur qui peut vendre et non le Directeur de domaine. Ce dernier ne peut faire que l’acte de vente. Or, le gouverneur n’a jamais vendu une parcelle. C’est toujours le Directeur de domaine qui vend. Aucune condition n’est respectée », révélé Ousmane Sonko.

« L’intrusion de l’armée est un abus »

Le leader du Pastef n’a pas manqué d’évoquer les incidents qui ont eu lieu le jour des faits. Il indique que ce n’était pas à l’armée de faire déguerpir ces « familles ». Il fait savoir que même la baille est terminée depuis longtemps, le titre foncier appartient à l’Etat. Il affirme, par ailleurs, que Comico est une coopérative privée.

« Ce n’est un problème entre les familles et l’armée. Comico est une coopérative. Il y a une loi qui organise la coopérative qui est une association privée. Les conditions fixées sont l’inscription et la participation au franc symbolique. Donc, quelqu’un qui ne respecte pas ces conditions n’a pas droit même si c’est un général. Car, c’est une association privée. L’armée ne devait pas intervenir dans cette affaire », dit-il.

Selon Sonko, il y a une incohérence dans cette affaire. « L’Etat ne se vend pas à lui-même. L’Etat ne vend jamais une propriété a une administration publique, privée ou militaire. Ce n’est pas un dossier de l’armée. L’intrusion de l’armée est un abus», affirme l’opposant.  

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *