Me Abdoulaye Tall, avocat de Sonko : “Que l’opinion soit témoin des violations flagrantes des droits de notre client “

Un nouveau dossier a été ouvert à l’encontre du leader de Pastef. En plus du viol présumé, menaces de morts et trouble à l’ordre public, Ousmane Sonko est poursuivi pour « appel  l’insurrection ». Présent ce matin au Tribunal, Me Abdoulaye Tall a déploré les conditions dans lesquelles leur client a été emmené au tribunal.

« Je voudrais porter à l’attention de l’opinion nationale et internationale que Ousmane Sonko a fait l’objet d’enlèvement aujourd’hui à 4 h du matin, à une destination inconnue. Il l’a fallu attendre vers 9 h pour que ses avocats alertent au niveau de la presse. C’est en ce moment qu’on nous a dit qu’il a été acheminé devant le palais de la Justice », a-t-il déploré.

La robe noire n’a pas également apprécié la fermeture de la salle aux avocats de Ousmane Sonko.  « Aujourd’hui à 11 h, Ousmane Sonko, sous escorte du GIGN et en compagnie des avocats, a été conduit devant le bureau du Doyen des juges. Mais le malheur est qu’on a refusé l’accès au bureau à tous les avocats de Sonko. Et pendant 25 minutes, notre client était seul avec le Doyen des juges et en l’absence des greffiers du cabinet de ce juge d’instruction », a expliqué Me Abdoulaye Tall.

A en croire l’avocat, les droits de leur client ne sont pas respectés.  « Pour information, nous venons d’apprendre que le Doyen de juges a écrit une seconde lettre aux fins de levée d’immunité parlementaire de notre client, ans la procédure concernant les 19 militants arrêtés et inculpés, placés sous mandat de dépôt pour des faits de l’appel à l’insurrection. Et je voudrais que l’opinion soit témoin des violations flagrantes des droits de Sonko », a ajouté Me Tall.

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *