Mbour : Alioune Ndoye bénit le “CAPS” et invite les acteurs à l’union !

Le ministre de la Pêche de l’Economie maritime a présidé hier dimanche la cérémonie de remise de pots à poulpe aux acteurs de Mbour. Alioune Ndoye a profité de l’occasion pour saluer le travail de le Collectif des acteurs de la pêche du Sénégal (CAPS), tout en invitant les acteurs à l’union, mais aussi à la préservation de la ressource.

C’est dans une ambiance aux allures de meeting que le ministre de la Pêche et de l’économie maritime a procédé hier au lancement de la cérémonie de remise de pots à poulpe. Devant les acteurs de la pêche et les notables, Alioune Ndoye s’est félicité des progrès notés ces dernières années dans le secteur au niveau du département. « Mbour occupe une place de choix, avec ses 138 000 tonnes débarquées en 2019, soit une valeur commerciale estimée à plus de 53 milliards francs Cfa. Ce qui représente le tiers de la production nationale. En 2016, la valeur estimée pour la première vente de poulpe dans la région de Thiès était à plus de 5 milliards pour 3200 tonnes. En 2019, ce chiffre, pour la même espèce, a doublé, représentant plus de 10 milliards francs Cfa, avec un poids de 4168 tonnes », a listé Alioune Ndoye.

Selon le ministre de Pêche, ces avancées ne font que confirmer la pertinence de la démarche du gouvernement.  « Ces résultats palpables réconfortent les autorités étatiques à appuyer les organisations professionnelles, fortement impliquées dans le cadre de cogestion pour la mise en œuvre de telle initiative, ayant un impact réel dans la conservation des ressources halieutiques », a-t-il fait savoir.

Avec la raréfaction de la ressource, le ministre de la Pêche et de l’économie maritime a invité les acteurs à adopter de nouveaux mécanismes. « Le processus de développement et de modernisation du secteur des pêches au Sénégal s’inscrit dans un contexte international, marqué par l’adoption de nouveau instruments visant la conservation et l’exploitation durable des ressources marines, à travers les objectifs de développement durable. La FAO recommande une approche éco systémique, dans toutes les pêcheries. Et le Sénégal s’est résolument engagé depuis plusieurs années vers des approches d’aménagement des pêcheries qui prennent en compte la conservation et les aspects environnementaux qui sont au cœur de toutes nos politiques », avance-t-il.

Face aux réalités du marché, le ministre a invité les uns et les autres à se donner la main pour maintenir le secteur stable.  « La pêche occupe une place privilégiée dans l’économie nationale. La situation difficile que traversent certaines de nos pêcheries, plus ou moins caractérisées par une baisse de rendement des unités de pêche, mais aussi un déficit d’approvisionnement des marchés locaux et des entreprises d’exploitation interpellent tous les acteurs du secteur. En vue d’y apporter des améliorations, il fallait faire preuve d’audace et preuve d’imagination dans les réformes que nous sommes en train de conduire. J’en appelle donc à l’imagination de tous, pour qu’ensemble, nous puissions inverser les tendances négatives. J’invite ainsi l’ensemble des acteurs de la pêche dans une dynamique de partenariat responsable avec l’administration des pêches », a alerté le ministre.

Le travail de la Caps magnifié !

Le ministre de la Pêche a profité de son séjour à Mbour pour annoncer les chantiers de son département.  « Nous sommes en train de dérouler plusieurs programmes qui vont de la subvention de moteurs, ce qui est effective à l’heure actuelle, mais aussi à la géolocalisation des embarcations de pêche artisanale. Les tests ont été effectués avec des résultats concluants. Il y aussi la modernisation des infrastructures de pêche, le renouvellement du parc immobilier ou également le regroupement des camions frigorifiques », a annoncé Alioune Ndoye.

Selon Alioune Ndoye, l’Etat, avec ses partenaires, continuera d’accompagner les acteurs. « Le gouvernement continuera de propulser ce secteur, avec ses partenaires techniques et financiers comme la Jica, l’Usaid, la Banque mondiale, l’Union européenne. La modernisation se poursuivra avec la construction de quais de pêche, de complexes frigorifiques et des sites de transformation répondant aux normes, pour mieux valoriser la production et permettre aux acteurs de gagner encore plus. Je vous exhorte à continuer ainsi et à œuvrer pour la pérennisation des acquis obtenus grâce aux différentes initiatives du gouvernement visant une pêche durable, appuyée par les partenaires techniques et financiers », a rassuré le ministre.

Alioune Ndoye qui a invité les acteurs à se donner la main pour l’intérêt du secteur a eu des mots particuliers pour le des acteCollectifurs de la pêche du Sénégal (CAPS). « Je voudrais réitérer mes vives félicitations et mes encouragements soutenus à l’endroit de la Coalition des acteurs de la pêche du Sénégal (Caps), avec à leur tête Aliou Thiam », a ajouté le ministre.

Ambassadrice de l’Union Européenne, Irène Mingasson a rappelé l’importance des pots à poulpe.  « C’est au total 15000  pots à poulpe qui vont être immergés à quelques encablures de ce quai de pêche. Cette action est importante d’abord parce qu’elle est utile, mais elle reflète aussi ce qui nous anime, Union européenne, gouvernement du Sénégal, autorités locales et pécheurs, lorsque nous agissons ensemble », a-t-elle souligné. 

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *