Kirghizstan : Le président Jeenbekov démissionne: ” Je ne m’accroche pas au pouvoir”

Le président du Kirghizstan Sooronbaï Jeenbekov a annoncé ce jeudi sa démission, dans le but de sortir son pays de la crise dans laquelle il est plongé depuis de récentes élections controversées.

« Je ne m’accroche pas au pouvoir.  Je ne veux pas entrer dans l’histoire du Kirghizstan comme le président qui a fait couler le sang en tirant sur ses concitoyens. C’est pourquoi j’ai décidé de démissionner », a-t-il déclaré.  Ce dernier avait promis la semaine dernière de se retirer du pouvoir une fois le pays stabilisé et avait ajouté mercredi qu’il attendrait en conséquence la tenue de nouvelles législatives. 

Les résultats de celles du 4 octobre, entachés de fraudes et de soupçons d’achats de voix, avaient été annulés après des manifestations violentes et l’occupation de nombre de bâtiments publics par diverses factions d’opposants.  Sooronbaï Jeenbekov a dû se résoudre à démissionner dès jeudi, sous la pression du Premier ministre nouvellement élu par le Parlement, Sadyr Japarov, un nationaliste à la réputation sulfureuse qui réclamait son départ immédiat.

« Pour moi, la paix au Kirghizstan, l’intégrité de notre pays, l’unité de notre peuple et la paix dans la société sont le plus important », a relevé le président kirghiz, qui a appelé Japarov et les autres politiques à retirer leurs partisans des rues.   Sadyr Japarov purgeait jusqu’en début de semaine dernière une longue peine de prison pour avoir participé à la prise d’otage d’un gouverneur régional. 

Il a été libéré par ses partisans à la faveur du chaos post-électoral, fait annuler sa condamnation par la justice en un temps record puis imposé, en sortant ses partisans dans la rue, sa nomination au poste de Premier ministre.

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *