Fuite illicite de capitaux en Afrique : Les pertes estimées à plus de 75 milliards d’euros par an !

Par Yacine DIEYE, avec Le Monde

Le nouveau rapport de l’Onu sur la fuite des capitaux en Afrique n’est pas du tout reluisant. Dans ce document, le montant des pertes est estimé à plus de 75 milliards d’euros (88,6 milliards de dollars) par an.  C’est du moins ce qu’affiche  le rapport 2020 sur le développement économique de l’Afrique, publié le 28 septembre dernier par la Conférence des Nations unies sur le développement (Cnuced).

« Ces flux qui privent les Trésors publics de ressources nécessaires au financement du développement, sont considérables et ne cessent de croître », déplorent les auteurs du rapport, en précisant qu’ils représentent aussi la moitié des 200 milliards de dollars par an, jugés nécessaires pour que l’Afrique soit en mesure d’atteindre les Objectifs du développement durable (ODD) d’ici à 2030. La précédente estimation, publiée en 2015 par la Commission économique des Nations unies pour l’Afrique, avançait le chiffre de 50 milliards de dollars en moyenne par an sur la période 2000-2008.

Selon le texte, les sorties de capitaux empruntent différents canaux. Il s’agit entre autres de la corruption, la contrebande ou encore  l’évasion fiscale. Mais c’est de loin la manipulation des facturations dans le secteur des industries extractives qui alimente le plus généreusement cette délinquance. La Cnuced estime que le maquillage de ces flux commerciaux permet de soustraire 40 milliards de dollars par an aux yeux des administrations douanières.

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *