Etats-Unis : De multiples confusions sur l’état de santé de Donald Trump !

Les nouvelles sur la santé de Donald Trump semblent installer le doute. Testé positif au Covid 19 et traité par le médicament antiviral remdesivir, il a reçu aussi une injection du traitement expérimental de la société Regeneron, des anticorps de synthèse. Mais des déclarations ambiguës ou contradictoires ont créé un sentiment de cacophonie à l’intérieur de l’exécutif dans cette période incertaine.

Peu après la conférence de presse médicale, une source ayant connaissance de l’état de santé du locataire de la Maison blanche a donné, sous condition d’anonymat, une description sensiblement plus alarmiste à des journalistes. « Les signes vitaux du président ces dernières 24 heures ont été très inquiétants, et les 48 prochaines heures seront critiques en termes de soins. Nous n’avons toujours pas emprunté une voie claire vers le rétablissement », rapporte l’AFP. Peu après, le New York Times a affirmé que cette source était Mark Meadows, chef de cabinet présidentiel.

Donald Trump a-t-il reçu une supplémentation en oxygène ? Le docteur Conley s’est borné à répondre que cela n’avait pas été le cas samedi, ni jeudi, ni depuis son hospitalisation, restant évasif quand les journalistes lui ont demandé s’il en avait reçu à aucun moment. Des médias dont la chaîne ABC ont ensuite confirmé que le président avait bien eu besoin d’oxygénation vendredi à la Maison Blanche avant d’être hospitalisé.

Samedi soir, le chef de cabinet du président Donald Trump a déclaré à la chaîne Fox News que ses médecins avaient été « très préoccupés » par son état de santé, notamment une chute du niveau d’oxygène, mais que son état s’était ensuite beaucoup amélioré.

Selon Mark Meadows, il n’y a jamais eu de risque que Donald Trump, hospitalisé après avoir été testé positif au coronavirus, doive céder le pouvoir. Des propos qui interviennent à la suite d’une série d’informations contradictoires sur la santé du président qui ont créé un climat d’incertitude sur la situation du président américain.

Quant à la date du premier test positif du président, le médecin a semé le trouble en évoquant « 72 heures » depuis le diagnostic, une durée incohérente avec les déclarations précédentes, car elle aurait fait remonter le test à mercredi, au lieu de jeudi comme indiqué auparavant. Cela a forcé la Maison Blanche à vite corriger le médecin en disant qu’il parlait du troisième jour, puis à publier une nouvelle lettre clarifiant que le « premier » diagnostic datait bien de jeudi soir. Mais une question importante reste sans réponse : quand et comment le dirigeant a-t-il été contaminé ?

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *