Aliou Niane sur l’affaire Téliko : « Je m’inscris en porte-à-faux avec les objectifs visés »

L’affaire  Souleymane Téliko, du nom du président de l’Union des Magistrats du Sénégal (UMS) est loin de connaître son épilogue. Alors que ce dernier doit être entendu par le Conseil disciplinaire de la Magistrature, un ancien président de l’Ums est monté au créneau pour donner sa position.

« Je me permets d’intervenir pour apporter ma modeste contribution dans la réflexion engagée autour de ce qu’il convenu d’appeler « Affaire Teliko. Sur cette question, je regrette que la chancellerie n’ait pas cru devoir engager une discussion avec l’UMS pour résoudre ce problème qui pourrait constituer une source de différend et d’incompréhension avec l’UMS », a déclaré Aliou Niane, dans une note qui nous est parvenue.

Pour l’ancien président de l’Union des Magistrats du Sénégal (UMS), la démarche de Souleymane Téliko n’a pas été des meilleures. « Pour ma part, je considère que le fait de commenter une décision de justice est une faute. Sur cette question notre serment de magistrat ci-après est suffisamment explicite. Autant je salue cette mobilisation, autant je m’inscris en porte-à-faux avec les objectifs visés», a rappelé Aliou Niane qui cite ledit serment.

« Je jure de bien et loyalement remplir mes fonctions de magistrat, de les exercer en toute impartialité dans le respect de la Constitution et des lois de la République, de garder scrupuleusement le secret des délibérations et des votes, de ne prendre aucune position publique, de ne donner aucune consultation à titre privé sur les questions relevant de la compétence des juridictions  (souligné par moi) et d’observer, en tout, la réserve, l’honneur et la dignité que ces fonctions imposent »,a  rappelé l’ancien président de l’Ums.

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *